Nicolas Boulenger

Nicolas Boulenger
Type formidable. Fait des films.

About

Ingénieur des Ponts, Nicolas se forme au jeu au Magasin, au scénario à la Maison du Film puis à la production à l'INA.

Il écrit et réalise des courts métrages (France 2, Canal+), un long métrage, des pubs et cofonde en 2018 la société de production ChezFilms.

La Méthode Tomate pour gérer son temps

La Méthode Tomate pour gérer son temps - featured image

Mais si, vous avez entendu parler de la Technique Pomodoro. Le mec, un Italien, avait un timer de cuisine en forme de tomate (="pomodoro") et s'est rendu compte qu'il était beaucoup plus productif lorsqu'il divisait son temps en tranches de 25 minutes. Et maintenant, c'est devenu la folie.

C'est la dernière technique en vogue pour les bobos qui n'ont rien à foutre de de leur vie. Donc bien sûr, j'ai essayé.

La méthode (vite fait)

Vous travaillez 25 minutes puis prenez cinq minutes de pause. On appelle ça "un pomodoro". Durant la période de travail, pas de coup de fil, pas de facebook, pas de toilettes. Si vous êtes interrompu, vous recommencez à zéro.

En revanche, il est absolument interdit de dépasser les 25 minutes. La pause, elle aussi, est obligatoire et incompressible.

Au bout de quatre pomodori (si vous dites pomodoros, vous êtes un loser), vous prenez une pause plus longue de quinze à vingt minutes.

La méthode du pauvre consiste à prendre le timer de son téléphone. Si ça vous amuse, vous avez des apps. J'imagine que vous pouvez même acheter un timer de cuisine dédié.

Moi j'ai écrit un petit script sur le terminal. Au départ des 25 minutes, la voix québécoise de mon mac me dit :

Et après la tomate, elle me dit :

Non, je ne la trouve pas très québécoise non plus. Tant pis.

Avantage n°1: compter sa vie en tomates

Normalement, on compte en "pomodori". C'est italien, c'est classe. Moi je compte en tomates. C'est une source de joie inépuisable :

  • "Cet article, je vais le torcher en 2 tomates !"
  • "Mais c'est par vrai, je vais quand même pas passer trois tomates sur cette merde !"
  • "Oui oui, j'arrive dans une tomate."

J'ai également décidé que quatre tomates – la période après laquelle il faut prendre une pause plus longue – s'appelaient "un potager". Un potager fait donc à peu près deux heures. On dira donc :

  • "Pour faire Paris-Trouville, c'est un potager quand il n'y a pas trop de circulation"
  • "J'ai passé un potager à lire ton scénario à la con !"
  • "Un jour, j'aimerais avoir un potager dans mon jardin" (= deux heures pour jardiner)

Avantage n°2 : Perdre moins son temps

Si j'imagine que la Méthode Tomate peut aider ceux qui ont du mal à se concentrer en supprimant les distractions, pour moi, c'est avant tout un encouragement à faire des pauses et à ne pas me perdre dans le travail.

Si vous avez déjà écrit un scénario ou tapé du code, vous êtes familier avec les trous noirs : vous vous attelez à une tâche qui devrait prendre cinq ou dix minutes. Quand vous levez les yeux, cinq jours se sont écoulés, votre barbe a poussé, votre chien ne vous reconnaît plus.

L'avantage de compter en tomates est double :

  1. En vous forçant à prendre une pause, vous vous obligez à sortir le nez du guidon et à poser un regard neuf sur ce que vous faisiez. Ça évite de se perdre dans les activités qui ont un grand pouvoir d'attraction sans avoir nécessairement de valeur.
  2. Sur une note similaire, ça vous fait prendre conscience du temps passé sur chaque chose. On peut vite perdre une matinée sur des tâches anodines. Quand on réalise qu'on y est depuis trois tomates ou – imaginez ! – tout un potager, ça encourage à ré-évaluer les priorités et à s'organiser autrement.

Avantage n°3 : Contre la procrastination

Les lendemains de cuite ou les jours de grande fatigue, vous pouvez piéger votre cerveau en vous disant "Allez, je ne vais travailler qu'une tomate". C'est vite passé mais c'est bon pour la conscience. Seulement voilà : la tomate appelle la tomate. 25 minutes, c'est suffisant pour se plonger dans le travail mais pas assez pour avancer. Alors on s'autorise une autre tomate, puis encore une autre... Et hop ! On a fini un potager sans s'en rendre compte.

Les Contres

Je ne vois aucun désavantage à la Méthode Tomate. Si tout le monde voulait bien s'y mettre, on sauverait la planète en quelques jours.

Amélioration possible: 25 minutes, c'est peu, surtout lorsqu'on se met au travail. Je propose donc d'introduire la "courgette", qui dure deux tomates. Les courgettes ne peuvent survenir qu'en début de potager, quand l'esprit est encore frais. Un potager dure donc une courgette et deux tomates, forcément dans cet ordre.

Et pour la forme, sachez que je suis farouchement opposé à la pastèque qui regrouperait trois à quatre tomates sans interruption. Une pastèque pourrait donc faire à elle seule un potager. C'est de la folie.

Ah, si ! Le seul petit défaut de la méthode Tomate – s'il fallait en trouver un – est le suivant : je trouve ça génial mais, soyons honnête, je ne l'utilise jamais.

Commentaires "La Méthode Tomate pour gérer son temps"